idneuf

Blog collaboratif du M2 DSI de l'IUFM d'Aquitaine

Archives de Tag: Culture de l’information

Babelio au CDI, quels usages?

Grâce à l’article de ajuzan nous avons pu découvrir le site de partage de bibliothèques personnelles, Babelio. Or, depuis quelques temps, les exemples d’utilisations de ce réseau social au CDI fleurissent sur le web. Je me propose donc ici d’en faire un petit récapitulatif.

En effet, pourquoi et comment utiliser Babelio au CDI?

ScreenClip56982

Pour la visibilité

La création d’un compte Babelio d’un CDI permet (en plus des pages facebook, netvibes, scoop-it,…) de valoriser les ressources du fonds. Si l’on reprend la réflexion du blog, l’Odyssé d’LN, au sujet de l’architecture d’information au CDI, cette mise en valeur se situe au niveau du « VU » (complémentaire du « SU » et du « LU »).  L’usage de Babelio apporte ainsi une plus-value au fonds de votre CDI puisqu’en tant que réseau social, il permet de produire des critiques, de mettre des notes,… votre fonds se voit « augmenté ».

Néanmoins, il convient d’essayer d’éviter la redondance avec d’autres outils, comme e-sidoc, qui propose le même type de services.

Pour promouvoir la lecture

Mais bien sur, en tant que « bibliothèque virtuelle », Babelio est avant tout un outil très utile de promotion de la lecture.

Pour illustrer mes deux affirmations précédentes, j’ai choisi l’exemple du compte Babelio du collège Henri Wallon. Le compte de cet établissement, recense les ouvrages présents au CDI, accompagnés de critiques et d’avis rédigés par les professeurs-documentalistes. Babelio est ici utilisé comme outil pour valoriser mais aussi pour intéresser les élèves à la lecture. En effet, via le portail e-sidoc du CDI les élèves sont encouragés à consulter le compte.

Les défis lecture :

Traditionnellement, le défi lecture est une activité utilisée pour promouvoir la lecture. Babelio permet de faire entrer cette activité dans le web 2.0, en mettant en place des défis lecture à l’échelle de l’établissement mais également national. Voici deux exemples représentatifs des possibilités de Babelio en termes de défis lecture :

Pour la formation à la culture de l’information

Babelio étant aussi un réseau social, il y a dans son utilisation par les élèves un intérêt pour la dimension sociale, qui met en lien avec l’autre. Le système « d’insignes » obtenus par l’utilisation fréquente de son compte, amène une dimension compétitive. Ainsi, un élève qui aura au moins rédigé 5 critiques obtiendra un insigne, celui qui lira beaucoup de manga pourra obtenir un insigne de novice qui évoluera au fil du temps vers le titre d’expert. Ce système, légèrement addictif, reprend celui de réseaux sociaux plus prestigieux et amène à réfléchir sur le fonctionnement de ces services mais également des traces qu’on y laisse.

Il s’agit donc d’aborder la question de la présence numérique. Une de mes collègue professeur-documentaliste (@babgu), a récemment choisi de travailler sur la présence numérique à partir de Babelio. La création d’un compte sur ce réseau social, a été l’occasion d’aborder la question des traces qu’on laisse sur le web. Le système d’amis, de recommandations,… a permis aux élèves de comprendre le fonctionnement des réseaux sociaux. Destinées à des élèves de sixième, cette séance – dont je vous recommande vivement la lecture – est disponible sur le site de l’académie de Nantes.

Je pense qu’utiliser Babelio pour aborder la question des réseaux sociaux et un moyen d’éviter une possible discrimination entre les élèves ayant Facebook et ceux qui ne l’ont pas. Comme la plupart des élèves n’ont pas de compte Babelio, cela permet d’effectuer une étude où tout le monde commence sur un pied d’égalité.

Pour une culture professionnelle

Plus récemment, ce sont les professeurs-documentalistes eux-même qui ont investi Babelio. Afin de partager leurs coups de cœur l’étiquette Babeliodocs a été créée. Les ouvrages ainsi tagués se retrouvent tous sur la même page qui constitue un outils de recommandation entre pair, très utile pour effectuer des acquisitions ou s’y retrouver dans la profusion de l’édition jeunesse. L’article, Babeliodocs : c’est parti ! du blog L’odyssée d’LN décrit très bien ce projet.

Comme vous l’aurez constaté, Babelio peut être utilisé de nombreuses façons au CDI. En apportant une plus-value au fonds documentaire mais aussi en participant à la promotion de la lecture et à la formation à la culture de l’information, Babelio participe à l’ouverture du CDI sur des pratiques pédagogiques innovantes.

Et vous utilisez-vous Babelio dans votre CDI?

@Idril3

Publicités

Comment intégrer une progression info-documentaire dans les séances d’accompagnement personnalisé?

Accompagnement personnalisé

L’accompagnement personnalisé est une nouveauté de la réforme du lycée. Mis en place depuis 2010, ce module de deux heures par semaine a pour but de mieux accompagner le parcours scolaire de chaque lycéen et selon les termes d’Eduscol, de « proposer une réponse diversifiée aux besoins des élèves ». L’équipe pédagogique en charge de l’accompagnement personnalisé organise le fonctionnement et le contenu de ces modules de manière assez libre afin de répondre au mieux aux besoins des élèves.

Le professeur documentaliste étant pleinement associé à ce module, il y a ici un créneau à investir pour l’enseignement de l’info-documentation. Dès 2009, la FADBEN a lancé, dans ses propositions sur la réforme du nouveau lycée, une réflexion autour de ce « nouveau temps d’enseignement ». Aujourd’hui, de nombreuses ressources et idées de séances sont à disposition sur le web ainsi par exemple, le café pédagogique recense textes officiels, outils méthodologiques et exemples de séquences en AP.

Actuellement professeur documentaliste stagiaire, je participe à l’accompagnement personnalisé d’une classe de seconde. Lors de la première concertation avec mes collègues nous avons déterminé un plan de travail jusqu’aux vacances de noël. En français et en langue, un travail méthodologique sur leur matière respective a été mis en place et en math un soutien et un approfondissement a été proposé aux élèves. Quant à moi, j’ai sauté sur l’occasion pour soumettre un petit travail sur la méthodologique de la recherche documentaire et l’identité numérique.

Accompagnement personnalisé et info-documentation

ScreenClip25436

Toutefois, lors de la mise en place de ce travail je me suis heurtée à la difficulté d’établir une progression info-documentaire fixant le travail pour toute l’année, comme on peut le faire avec l’IRD (initiation à la recherche documentaire) des 6èmes. En effet, avec l’accompagnement personnalisé il s’agit de s’adapter aux besoins des élèves et il me paraît délicat (surtout après le diagnostic catastrophique du premier travail) de proposer des séances figées. J’ai donc établi une progression provisoire que je me permettrais de modifier à l’envie et surtout suivant les besoins des élèves.

Le premier travail de recherche avec les élèves m’a montré que la méthodologie et certaines notions attachées à la recherche documentaire n’étaient pas assimilées. C’est donc à moi maintenant de leur proposer une activité qui leur permettra d’appréhender cette méthodologie.

Bien sûr, ma réflexion peut paraître couler de source pour les enseignants expérimentés mais en tant que jeune professeur il y a des choses qui sont en réalité moins évidentes qu’il n’y paraît.

Je tenais à vous faire part de cette première expérience avec l’accompagnement personnalisé.

Et vous comment intégrez-vous une progression info-documentaire dans l’accompagnement personnalisé ? N’hésitez pas à réagir à ce billet, il me serait très utile d’avoir vos avis.

@Idril3

Un kit pour éduquer aux médias (UNESCO 2006)

L’éducation aux médias

Un kit à l’intention des enseignants, des élèves, des parents et des professionnels (UNESCO 2006).

       Divina Frau-Meigs propose ce kit pour qualifier à la fois les moyens d’éduquer aux médias et s’éduquer aux médias. Le kit est en grande partie le produit du projet MENTOR lancé par l’UNESCO avec le soutien de la Commission européenne.

Le kit propose un prototype de programme d’éducation aux médias pour la qualification de base des enseignants du secondaire, mais son approche modulaire et ses concepts-clé (productions, langages, représentations, publics) s’adressent également aux adultes hors système scolaire, aussi bien aux parents, aux professionnels des médias qu’aux décideurs. Le kit comprend des manuels à l’intention des enseignants, des élèves et des parents, ainsi qu’un manuel des relations éthiques avec les professionnels et un manuel de maîtrise de l’Internet.

Les objectifs de ce kit est de donner les bases solides et durables pour une éducation aux médias, de proposer des documents-cadres sous la formes de manuels, pour aider ceux qui veulent développer l’éducation aux médias. Il propose également d’aider à la formation en proposant des modules de formation initiale et de formation continue à l’intention des enseignants mais aussi en dehors de l’école. Le but étant de sensibiliser tous les acteurs au fait que l’éducation aux médias est un élément fondamentale d’une pédagogie de la démocratie qui permettrait à l’école de retrouver sa mission du citoyen sachant lire, écrire, compter et communiquer.

I) Le programme d’enseignement modulaire :

Le but est de créer un programme d’enseignement d’éducation aux médias que l’on puisse appliquer dans l’ensemble des pays d’une région. Ce programme peut être orienté sur deux niveaux : un niveau initial général qui examine les connaissances de base et les méthodes pédagogiques liées à l’éducation aux médias, et un niveau avancé qui associe l’éducation aux médias et ses stratégies pédagogiques dans des séquences de cours de disciplines.

Ce programme se base sur une série de six modules considérés comme le socle fondamental, chaque module exige un volume de 12 heures d’enseignement.

1) L’éducation aux médias dans les écoles :

Les élèves peuvent choisir leur discipline de spécialité au cours du secondaire, on constate une demande qui augmente pour les cours d’éducation aux médias. Cette spécialité porte sur l’ensemble des médias, et offre une expérience pour l’éducation aux médias. On considère encore dans certain établissements que les études sur l’éducation aux médias est une « option facile ».

Les enseignants se servent des médias comme outils d’ « auxiliaires pédagogiques », cela permet aux élèves d’adopter une attitude critique face aux médias, de les utiliser d’une manière plus informée. Ils permettent également aux élèves de travailler sous une nouvelle forme, c’est une «  nouvelle méthode d’apprentissage ». Cependant on ne doit pas confondre un enseignement qui étudie les médias et un enseignement sui fait usages des médias.

2) L’éducation aux médias et les TIC :

Il est impossible de proposer un enseignement sur les médias sans prendre en compte le rôle d’Internet. Il est de plus en plus facile d’avoir accès à la manipulation d’images numériques et au montage numérique. Les nouvelles technologies remettent en cause les limites du domaine des « médias » considéré comme discipline autonome du programme. Les cultures numériques constituent des sites d’apprentissages. L’usage des ordinateurs ou d’internet mobilise le processus d’apprentissage informel Les enfants apprennent a se servir des médias par essais, par erreurs, par exploration, par expérimentation ou par jeu. Les TIC remettent en cause les notions d’apprentissage et d’enseignement.

3) L’éducation aux médias hors écoles :

Le potentiel d’apprentissage montre un grand intérêt au delà de la salle de classe. Aux Etats-Unis, les ressources documentaires doivent être libres d’accès et mises à disposition des individus. Les centres de médias communautaires offrent la possibilité d’avoir un accès aux médias à ceux qui ne peuvent pas.

Il existe des documents qui sont destinés aux parents et qui leur prodiguent des conseils sur l’éducation aux médias. Des documents de vulgarisation sont également donnés aux parents ainsi que des stratégies pour que les enfants passent moins de temps devant la télé et pour leur apprendre à décrypter les messages publicitaires. Bien évidemment, toutes les initiatives pédagogiques à l’intention des parents se doivent de prendre en compte les différences culturelles.

4) Une stratégie de développement :

Toute intervention dans l’éducation aux médias doit prendre en compte les facteurs qui sont en jeu : il est nécessaire de disposer de documents-cadres clairs, cohérents et qui fassent autorité. On peut ajouter une présentation de documents plus spécifique qui expose la progression de l’apprentissage, des résultats sur celle-ci ainsi que des critères d’évaluations. Les documents-cadres sont sans valeur si du personnels formé n’est pas là pour les appliquer. Il est clair que les parents jouent un rôle essentiel. L’éducation aux médias consiste à mettre à disposition des élèves des équipements. Les documents pédagogiques peuvent avoir une certaine longévité s’ils sont faits avec soins et de manière professionnelle. Les enseignants et les parents doivent avoir la possibilité d’échanger des ressources, de partager des expériences et de collaborer entre eux.

II) Manuel à destination des enseignants :

Ce manuel explique en quoi consiste l’éducation aux médias, en retraçant l’évolution historique et en proposant une définition autour de quatre concept-clé qui la production, les langages, les représentations et les publics. Différentes approches pratiques et pédagogiques sont proposées afin d’encourager les élèves à se former un esprit critique et créatif.

Ce manuel est doté de trois sections : une première section pour présenter les raisons d’une introduction de l’éducation aux médias avec un historique, une deuxième pour définir l’éducation aux médias et enfin une troisième section pour présenter différentes approches pratiques dans l’enseignement et l’acquisition de connaissances concernant les médias.

III) Manuel à l’intention des élèves :

Ce manuel permet d’encourager les élèves à s’interroger sur les médias et à bien comprendre leur fonctionnement. Il propose une définition des médias ainsi qu’une définition de l’éducation aux médias. Ce manuel donne également des conseils pour en savoir plus sur les médias comme par exemple de lire les magasines spécialisés dans les médias ou encore d’aller sur internet pour découvrir des sites sur les médias.

IV) Manuel à l’intention des parents :

Ce manuel propose aux parents des situations qui permettront de voir les médias de manière constructive. Il met en avant des activités et des outils pour observer les médias, les comprendre et encourager l’intervention et la participation des enfants. La télévision peut être une source de connaissance et de découverte. L’ampleur du phénomène médiatique provoque des répercussions dans la vie individuelle et collective. Des activités sont proposées comme l’organisation d’une semaine consacrée aux médias ou encore la production d’un journal.

V) Manuel des relations éthiques avec les professionnels :

Ce manuel analyse les relations de réciprocité et de complémentarité entre les médias, l’école et le public. Différents acteurs sont mis en scène : professionnels, enseignants, société, institutions. Il met en avant la liberté d’expression et de communication, en passant en revue le principe d’auto-régulation.

VI) Manuel de maîtrise de l’Internet :

Ce manuel évoque l’Internet et la navigation sur les réseaux. L’Internet à une fonction d’interactivité, c’est-à-dire qu’il a un environnement interactif de communication et d’information par le biais de médias traditionnels, imprimés et audiovisuels. Il est vital de savoir récupérer l’information, la traiter, la produire et la diffuser. Il met en avant l’exploration en ligne et hors ligne.

VII) Foire aux questions et glossaire :

Une section “FAQ : Foire Aux Questions” et un “Glossaire raisonné de l’éducation aux médias” sont deux procédés de questionnement sur lesquels repose la méthode pédagogique utilisée tout au long du kit. Les réponses proposées n’ont rien de définitif, mais cherchent au contraire à ouvrir le débat et encourager le dialogue. Ce ne sont que des pistes pour poursuivre l’investigation en ligne et hors ligne, grâce aux nombreux documents, ressources et sites web référencés dans la dernière section.

Quels que soient le point de vue et la manière dont on l’aborde, le kit prend en compte les besoins d’acquisition des compétences nécessaires pour décrypter les différents genres de messages et d’informations ainsi que les enjeux de citoyenneté au-delà de l’école et de la famille. Ce qui importe c’est d’établir des liens entre les différents acteurs impliqués dans le processus de socialisation des jeunes aux médias. Dans la perspective du développement, donner des bases solides et durables pour une éducation aux médias large et systématique est un point fondamental pour répondre aux besoins actuels de partage des connaissances et de diversité culturelle dans les nouvelles sociétés du savoir.

@lucilecrey

%d blogueurs aiment cette page :