idneuf

Blog collaboratif du M2 DSI de l'IUFM d'Aquitaine

La médiathèque de Lormont


La médiathèque de Lormont : présentation d’ « un lieu conçu et réfléchi »

propos de Johann Brun, directeur adjoint

 » Où trouver ce fichu bouquin ?! « , « c’est un vrai labyrinthe ici ! », voire  » pire qu’un parcours du combattant !! » … tels sont parfois les propos qui franchissent les lèvres d’usagers de bibliothèques, submergés par un flots d’émotions, allant de l’exaspération à un énervement pour le moins pimenté.

Des réactions qui illustrent à quel point l’agencement de tout espace documentaire est déterminant.  Son organisation doit allier esthétique et pertinence, tant pour les professionnels que les usagers. Penser un espace est non seulement intégrer les contraintes spécifiques d’un lieu déterminé, mais également répondre à un éventail de services particuliers.

CDI, bibliothèques et médiathèques sont donc des espaces jalonnés de moments caractéristiques, en écho aux services proposés; des moments qui doivent être compris par les usagers.  Comme le définit Michel de Certeau, « l’espace est un lieu pratiqué » et il va peser sur la présence et la nature des pratiques des usagers : « il n’y a pas de pratiques culturelles qui ne soient influencées par le lieu« , Yves Jeanneret.

Une réflexion sur l’agencement et la lisibilité manifeste au « Bois Fleuri », la médiathèque de Lormont. Ont en effet été délimités autours d’un puits de lumière tout un ensemble d’espaces, chacun pourvu d’une fonction précise, et dont la disposition générale se veut cohérente et efficiente. On peut ainsi distinguer :

Le coin BD : volontairement situé à proximité de l’entrée.

Des alcôves adjacentes offrent la possibilité de lire seul ou bien en groupe.

Le fonds documentaire « classique » : commun à toute structure, il est ici nettement séparé de celui dédié aux enfants et adolescents.

Organisé selon la classification Dewey, ce fonds fait suite aux BD. Les étagères utilisées sont pourvues en leur extrémité de présentoirs qui mettent en exergue certains éléments.

Le coin critique : en corrélation avec le club lecture, un espace est exclusivement dédié à la parole des lecteurs.

      

 

La salle des archives municipales : bien que seule l’archiviste dispose d’un accès libre, une salle de travail est néanmoins commune entre ces deux services.

S’y déroule également parfois des ateliers tels la calligraphie.

L’espace image et son, constitué d’une vaste salle qui, comme son nom l’indique, est divisée   en deux avec à gauche les CD et à droite les DVD, donnant accès au fonds à plusieurs cabines de visionnage.

Des rayonnages de livres en gros caractères à destination des publics en déficience visuelle jouxtent l’entrée de cet espace. Des ouvrages aisément identifiables par leur cote rouge.

Cet espace pour l’instant intermédiaire a pour projet de s’étendre en développant un fonds en braille accompagné de matériel adéquat.

L’auditorium : répondant à la volonté de créer un véritable contact avec le public, l’auditorium accueille spectacles, animations, conférences et projections de films.

Seul bémol, l’absence de coussins et une utilisation de chaises qui limite le nombre de participants. Un inconfort sur lequel planche la médiathèque.

L’espace enfants et adolescents : un fonds évolutif sans démarcations majeures pour obvier à toute stigmatisation, couvrant l’enfance jusque l’adolescence.

Seul est visible par un changement de configuration et de luminaires le coin véritablement petite enfance avec des ouvrages, jeux et assises adaptés.

L’espace multimédia : Mac et ordinateurs côtoient TBI, Ipads, caméras et vidéoprojecteurs.

Un matériel au service tant des usagers que du personnel lors de projets pédagogiques et d’ateliers.

Le coin presse, stratégiquement situé  face à l’entrée et pourvu d’I-pads mis à disposition pour consulter la presse en ligne.

La salle d’exposition : une salle plus ou moins modulable où spots et assises peuvent se mouvoir au fil des expositions.

Il n’est ni aisé ni évident d’agencer un espace contenant pas moins de 60 000 ouvrages, 2500 CD et 2000 DVD. La médiathèque de Lormont offre un exemple de cohérence possible avec ses forces -luminosité, emplacements judicieux, circulation aisée -, et ses faiblesses -manque d’espaces silencieux pour les étudiants d’où une utilisation parfois détournée des cabines de visionnage, et absence de hublots pour ces dernières-

Cependant, une volonté de lisibilité et de modernité dans l’aménagement de l’espace a conduit à l’inscription de 3000 adhérents pour une population de 22 000 habitants.

Diapo médiathèque

Réalisé par @lucilecrey   @ajuzan      @clsanlazaro

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :