idneuf

Blog collaboratif du M2 DSI de l'IUFM d'Aquitaine

La censure en bibliothèque


Les 7 novembre 1991, une charte des bibliothèques a été adoptée par le conseil supérieur des bibliothèques. L’article 7 de cette charte spécifie que : 

« Les collections des bibliothèques des collectivités publiques doivent être représentatives, chacune à son niveau ou dans sa spécialité, de l’ensemble des connaissances, des courants d’opinion et des productions éditoriales. Elles doivent répondre aux intérêts de tous les membres de la collectivité à desservir et de tous les courants d’opinion, dans le respect de la Constitution et des lois. Elles doivent être régulièrement renouvelées et actualisées. »

C’est dans cette optique que doit se développer un fonds, les acquisitions ne doivent pas être soumises à la censure mais doivent toutefois se référer au cadre qu’est la loi.

On peut parler de deux formes de censures présentes en bibliothèque selon Michel Melot :

  • tout d’abord la censure qui « interdit » mais qui en plus « interdit de parler de cette interdiction », elle se relève être la plus « dangereuse »

  • puis vient la censure qui est discutée et débattue et qui, même si elle est maintenue devient un choix critiquable certes, mais explicité et non plus une simple interdiction.

Les bibliothèques ne parlent pas de censure dans leur charte mais évoquent des priorités, des circuits et des filtres permettant de réguler les acquisitions. Ce qui est implicitement présent dans une bibliothèque, c’est que celle-ci doit s’astreindre à respecter les règles tacites présentes dans la société.

Cependant, une des problématiques de la censure en bibliothèque se rattache directement au métier même qui implique la sélection et le passage de contenus. Parfois le bibliothécaire se réfère à ses propres convictions alors qu’un regard objectif devrait être apporté à ses acquisitions. Afin de ne pas avoir un statut de censeur, dans le cas de certains ouvrages en particulier, le bibliothécaire a pour mission d’expliciter son choix. Dès lors le choix ne devient plus une censure mais une politique.

L’une des préconisations qui peut être faite lorsqu’on intègre des ouvrages « polémiques » au sein d’une bibliothèque est de rester présent pour le lecteur en prenant le rôle du médiateur. L’accompagnement et le conseil sont des éléments qui permettent d’éviter la rupture avec certains ouvrages. Cela requière une formation en amont des personnels de bibliothèques afin qu’ils ne se sentent pas seuls face aux problématiques liées aux acquisitions et à la communication de celles-ci.

les censures faites en amont du bibliothécaire

  • Un premier type de censure à laquelle on ne pense pas forcément est celle liée au budget que reçoivent les structures afin d’alimenter leur fonds. Cette censure est surtout effective dans les petites structures qui perçoivent des sommes ne permettant pas de mettre en avant des auteurs moins connus, seuls les ouvrages susceptibles de plaire a un plus large public seront achetés.Les œuvres promises au succès seront donc mises en avant à l’instar des œuvres d’un éditeur ou d’un auteur moins connus. La BDP à un rôle assez important dans le cadre de ces censures puisque c’est elle qui fournit les bibliothèques rurales ayant peu de moyens et n’étant pas pourvues des dispositifs techniques afin de faire leurs propres acquisitions.
  • Ensuite pour les films ou bien pour certains livres, le choix se fait auprès des fournisseurs tels que l’ADAV qui représente une sorte de filtre.
  • Enfin la bibliothèque est a replacer dans un contexte politique puisque celle-ci fait partie d’une collectivité. En cela la bibliothèque dépend des choix que lui imposeront les municipalités. En effet parfois celles-ci peuvent intervenir de manière autoritaire et abusive dans le choix des acquisitions ou des animations. Le bibliothécaire n’ayant aucune loi qui pourrait reconnaître son indépendance peut tout de même avoir recours à l’Association des Bibliothécaires de France dans le but d’avoir un soutien contre les faits de censures de la part de ces tutelles administratives.

La question de la censure en bibliothèque est une thématique compliquée qui nécessite d’être discutée régulièrement. En effet, la censure engendre des débats assez houleux entre ceux qui considèrent qu’une certaine restriction est nécessaire, mais seulement si elle est bien définie dans le but d’éviter les abus, et ceux qui estiment que cette censure est à bannir totalement.

@marielecoO

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :