idneuf

Blog collaboratif du M2 DSI de l'IUFM d'Aquitaine

Retour sur un événement


Le Lundi 30 Mai 2011 se déroulait dans le grand amphi de la librairie Mollat à Bordeaux une réunion sur les réseaux numériques dits sociaux.

C’est à l’occasion de la parution du n°59 de la revue Hermès en Avril 2011 que les coordonnateurs Thomas Stenger de l’Université de Poitiers et Alexandre Coutant de l’Université de Franche Comté accompagnés des auteurs bordelais de ce numéro: Anne-Marie Laulan, Alain Kiyindou, Mokhtar Ben Henda, revenaient sur les phénomènes Facebook,ou Twitter.

La conférence s’est terminée sur la présentation du professeur Jacques Perriault du livre La norme numérique.Savoir en ligne et internet.

La réunion sur les réseaux sociaux a commencé avec:

Anne-Marie Laulan: professeur de sociologie à Bordeaux III, membre de la rédaction en chef de la revue Hermès qui a entamé le débat mentionnant le fait que la question des réseaux sociaux-numériques est une question sociétal, philosophique.

Elle annonce que chaque média est lié à une révolution, une nouvelle civilisation.

Pour elle, les réseaux sociaux-numériques serait une preuve de recherche de lien social. L’engouement des internautes pour Twitter ou Facebook signerait le fait qu’on ne veut pas rester dans une hiérarchie imposée.

On peut rappeler alors que l’utilisation de ces réseaux est la même pour tous.

Selon Anne-Marie Laulan, il y aurait deux tendances qui se dégageraient de l’utilisation de ces réseaux sociaux:

– l’une hédoniste, légère: on utilise ces réseaux pour des choses futiles comme tchatter par exemple.

-l’autre soulignerait un côté militantiste.

La professeur n’oublie pas de mentionner la dimension juridique et éthique des réseaux sociaux en mentionnant le fait que la CNIL (Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés) suit de près cette question de réseaux sociaux.

Alexandre Coutant: maître de conférences à l’université de Franche-Comté faisait le constat de dire que les réseaux sociaux-numériques participent à tous les événements et les créent..

Il revenait aussi sur le terme « ami » sur un réseau social montrant que le terme « amitié » est galvaudé. Qu’est-ce qu’un « ami » sur un réseau social? Quelle est la spécificité du groupe social?

Facebook crée du lien social mais quelle est la spécificité des liens qui sont crées? Autant de questions qui nous font nous interroger sur les réseaux sociaux.

Alexandre Coutant ajoute à ce questionnement celui du coût de la gratuité rappelant que plusieurs services sont gratuits mais que derrière, il existe un modèle d’affaires, tout un business pour les entreprises autour des données personnelles.

Jacques Perriault: professeur de l’ Université de Paris Ouest Nanterre et membre de la rédaction en chef de la revue Hermès, poursuivait le débat lancé sur les réseaux sociaux en essayant de comprendre ce que sont les réseaux sociaux et comprendre leur succès. Il rappelait que Internet a deux fonctions:

-c’est un outil de communication

-c’est un révélateur de société

Les pratiques de réseaux sociaux pallieraient un manque. Il existe une communauté: il y a un bien commun mais Facebook semble être autre chose: beaucoup de gens racontent leur intimité dessus.

La pratique fenêtre sur cour est vérifiable quand les internautes passent leur temps à regarder ce qui se passe sur Facebook.

Ce qui peut-être également notable autour des réseaux sociaux est que certains enseignants inicient les pratiques de Facebook et de Twitter dans l’espace scolaire, ce qui a pour effet de créer des débats.

Jacques Perriault se demandait quelle est la composante véritable de ces réseaux?

Alain Kiyindou: maître de conférences, est revenu sur les usages des technologies en Afrique et dans la diaspora africaine et a présenté celles qui marchent bien. La radio qui suit les valeurs africaines, la vidéo et la téléphonie mobile marchent bien.

Il a évoqué les réseaux sociaux et leur configuration en lien avec les valeurs de solidarité. Facebook, Twitter, Viadeo renforcent le lien. Dans ces réseaux, les utilisateurs n’hésitent pas à se dévoiler. De plus, des systèmes de contrôle se mettent en place avec la rubrique événements sur Facebook, réseau social où la société africaine renait.

Mokhtar Ben Henda : professeur de l’enseignement supérieur Université la Manouba Tunisie et maître de conférences à Bordeaux III, est revenu sur l’usage de Facebook dans la révolution tunisienne ayant été sur le terrain au moment des révolutions.

Il a fait une analyse comportementale et montre qu’il y a trois éléments du comportement:

-la rapidité avec laquelle les gens se sont appropriés les réseaux sociaux et en particulier Facebook. La mobilisation a été massive. Mais comment la masse a pu s’approprier ce modèle?

-peut-on parler de cyber-journalisme? Quel est l’engagement des acteurs? Quels sont les contenus? Tout un questionnement sur le système est effectué.

-la symbolique de l’image sur les réseaux sociaux: l’identifiant, le profil, l’avatar. Pendant la révolution, les avatars ont changé. Des avatars comme celui du Che, de drapeaux ont été relevés, ce qui souligne l’engagement dans la révolution. La force de l’image est mise en évidence: les gens défilent avec des banderoles, Facebook devient un acteur dans cette révoltuion. Mais est-il un élément de guerre?

Existe-t-il une révolution Facebook, une révolution web2? Les outils sont utilisés mais n’ont pas donné de résultats. Ils viennent aider et accélérer le processus.

et s’est terminée avec

Jacques Perriault qui a présenté l’ouvrage: La norme numérique. Savoir en ligne et internet, coécrit avec Céline Vaguer, dans lequel est définie la norme numérique comme étant un système de conventions discuté pour permettre l’échange d’objets sur Internet.

Ce livre traite plusieurs dossiers:

-l’apprentissage en ligne (le e-learning) où l’on voit que l’accord sur le format et standard est important pour permettre un échange de savoirs dans le monde

-les identifiants numériques des personnes

-la validation en ligne des compétences

-la recherche d’emploi

-le vote électronique

La norme numérique va être signée à Shanghai en 2012.

A la fin de cette rencontre, on peut bien se rendre compte que les réseaux sociaux numériques soulèvent toujours de nombreuses questions, il y a les sceptiques: ceux qui ne veulent pas du tout se servir d’un réseau social, ceux qui les utilisent de manière raisonnée et ceux qui en abusent, se servant de ces services comme d’un journal intime.

Et vous quel est votre avis sur la question?

Réseau social? ou réseau social pas?

@ajuzan

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :